La gloire de l'humilité

SAINT ISAAC LE SYRIEN  :  DISCOURS ASCETIQUES

Discours 20 : La gloire de l'humilité

 Quelle grande valeur a l’humilité et combien est élevé son degré

1. Je veux ouvrir la bouche, frères, et vous parler du très haut sujet de l’humilité. Et je suis rempli de crainte, comme quelqu’un qui comprend qu’il va devoir parler de Dieu dans la langue des hommes.

Car l’humilité est le vêtement de la Divinité. En effet, en s’incarnant, le Verbe l’a revêtue, et par elle, il a vécu avec nous dans notre corps. Et quiconque s’en est revêtu s’est rendu semblable en vérité à celui qui est descendu de sa hauteur et a dissimulé la grandeur de sa magnificence et caché sa gloire sous l’humilité, pour qu’à sa vue la création ne soit pas consumée.

 

2. En effet, comme dans un écrin précieux, il a caché sa magnificence sous le voile de la chair, et il a vécu parmi nous comme l’un d’entre nous, dans ce corps qu’il s’était volontairement formé dans le sein de la Vierge Marie, la Mère de Dieu, afin que, le voyant de notre race et vivant parmi nous, nous ne soyons pas terrifiés à son aspect.

 

3. C’est pourquoi quiconque s’est couvert de ce vêtement (de l’humilité) sous lequel le Créateur est apparu lorsqu’il s’est revêtu d’un corps a revêtu le Christ lui-même. En effet, il a désiré revêtir dans son homme intérieur la ressemblance de (cet état) dans lequel le Créateur s’était manifesté à sa création, et être vu ainsi par ses compagnons de service. Au lieu d’un vêtement de gloire et d’honneur extérieurs, il s’est paré de cette humilité.

 

5. Quand l’humble s’approche des bêtes féroces, dès qu’elles le voient, leur nature sauvage s’adoucit, elles s’approchent de lui comme de leur maître, inclinent la tête, remuent leur queue, lui lèchent les mains et les pieds. Car elles sentent, émanant de lui, le parfum qu’exhalait Adam avant la faute, lorsqu’ils se rassemblèrent devant lui dans le paradis et qu’il leur donna des noms. Cela nous avait été enlevé, mais Jésus l’a renouvelé et nous l’a rendu par son avènement, restaurant ainsi la bonne odeur de genre humain...Les démons eux-mêmes, avec toute la violence, l’hostilité et l’orgueil qui les animent, dès qu’ils se trouvent en présence (de l’homme humble), deviennent comme de la poussière. Toute leur malice s’émousse, leurs ruses sont déjouées et leurs tromperies perdent toute efficacité.

 

6. Maintenant il nous faut montrer ce qu’est l’humilité elle-même, et dire quand l’homme est jugé digne de la recevoir parfaitement et telle qu’elle est.

 

7. Est véritablement humble celui qui a, dans le secret de son âme, de quoi s’enorgueillir, et ne s’enorgueillit pas, mais considère cela comme de la poussière. Nous n’appelons pas non plus humble, bien que la chose soit digne de louange, celui qui s’humilie en se rappelant ses fautes et ses manquements, et qui en garde mémoire jusqu’à ce que son cœur se brise et que son intellect ait fait disparaître en lui-même les pensées de l’orgueil. Car l’esprit d’orgueil garde (contre lui) sa force, et il n’a pas acquis l’humilité, mais il s’en approche au moyen de diverses considérations...L’humble parfait est celui qui n’a pas besoin de chercher des raisons et de procéder à des considérations pour être humble…Il se voit à ses propres yeux comme un pécheur, comme un homme de rien et méprisable. Il a pénétré (par la contemplation) dans le mystère de toutes les natures spirituelles, il possède une grande sagesse concernant toute la création, et cependant il se considère somme ne sachant absolument rien.

 

8. Mais est-il possible qu’un homme devienne tel? La nature peut-elle produire en lui ce changement? Non. Mais n’en doute pas, la force mystérieuse que l’humble a reçue le rend parfait en toute vertu. C’est la force même que reçurent les bienheureux apôtres sous forme de (langues de) feu (Act., 1,8). C’est pour cela que le Sauveur leur avait ordonné de ne pas quitter Jérusalem jusqu’à ce qu’ils aient reçu la puissance d’en haut (Act., 1,4) c’est-à-dire le Paraclet, dont le nom signifie «Esprit consolateur». C’est là ce qu’avait dit la divine Ecriture à son sujet: «les mystères sont révélés aux humbles» (Sir.,3,19). C’est cet Esprit des révélations, qui fait connaître les mystères, que les humbles ont été jugés dignes de recevoir en eux-mêmes… Que nul donc n’ose s’imaginer qu’il est parvenu à la véritable humilité parce qu’un mouvement de componction lui sera venu à un certain moment, ou parce qu’il aura versé quelques larmes, ou parce qu’il possède quelque qualité qui lui est naturelle ou qu’il a acquise en se forçant. Il prétend ainsi obtenir en peu de temps et avec peu de travail ce qui est la plénitude de tous les mystères et la citadelle de toutes les vertus et il croit que c’est là le don de l’humilité…Bienheureux celui qui l’a obtenue, car à toute heure il embrasse et étreint le sein de Jésus.

 

9. Mais quelqu’un demandera: «Que dois-je faire? Comment puis-je acquérir l’humilité? De quelle façon serai-je rendu digne de la recevoir? Vois, je me fais violence à moi-même, et quand je crois l’avoir acquise, je m’aperçois que des pensées qui lui sont contraires tourbillonnent dans ma pensée. Et aussitôt je tombe dans le désespoir». A celui qui interroge ainsi, on répondra: «il suffit au disciple d’être comme son Maître et au serviteur d’être comme son Seigneur» (Mt., 10 25). Vois comment l’a acquise Celui qui prescrit l’humilité et en fait don, deviens-Lui semblable, et tu trouveras. Lui-même a dit: «Le Prince de ce monde vient, et il ne trouvera rien en moi» (Jn., 14,30). Vois-tu comment, c’est par la perfection de toutes les vertus qu’il est possible d’acquérir l’humilité?

Sur le thème de l'humilité, voir également :
 Jean de Valaam : Sur l'humilité